L’ORAGE

Je chante parce que l’orage n’est pas assez fort pour couvrir mon chant.

Louis Aragon (1897 – 1982)

GUSTAVE COURBET (1819 – 1877): L’ORAGE

GUSTAVE COURBET (1819 – 1877), né à Ornans/Daube et décedé en Suisse, est un peintre francais.

Il est issu d’une famille de propriétaires terriens aisés. À l’âge de douze ans, il entre au petit séminaire d’Ornans où il recoit un premier enseignement artistique. Ensuite, il entre au collège Royal de Besancon.

Il part pour Paris vers la fin de 1839. Un ami d’enfance l’encourage dans la voie artistique. Courbet se rend au musée du Louvre pour y étudier les maîtres. Il est un oeil, il a un sens unique de l’alchimie visuelle. En 1840, il s’installe au Quartier Latin et occupe son premier atelier. En 1841, il découvre la mer et peint des paysages de mer.

Courbet revient à Ornans en 1849. Inspiré par son terroir il créé un style qu’il qualifie lui-même de réalisme. Ses paysages dominés par l’identité de retrait et de solitude, ont une signification autobiographique.

GUSTAVE COURBET: AUTOPORTRAIT (1849)

Ses idées républicaines et socialistes lui font refuser la Légion d’honneur proposée par Napoléon III. Après la proclamation de la République en 1870, il est nommé président de la commission des musées et délégué aux Beaux-Arts ainsi que président de l’éphémère Fédération des Artistes.

Soutenant l’action de la Commune de Paris, il est élu au Conseil de la Commune aux élections complémentaires en 1871. Après la Semaine sanglante il est arrêté, et le conseil de guerre le condamne à six mois de prison – qu’il purgera à Paris, à Versailles et à Neuilly – et à 500 francs d’amende.

En 1873, Courbet s’exile en Suisse, près de Vevey. Il s’installe au bord du Lac Léman. Ce sera le port d’attache des dernières années de sa vie. De là, il circule beaucoup et les rapports que des espions envoient à la police francaise nous renseignent sur ses nombreux contacts et ses déplacements. Il peint, sculpte, expose et vent ses oeuvres; il organise sa propre publicité. En 1877, en prévision de l’Exposition universelle de l’année suivante, il s’attaque à un « Grand panorama des Alpes », resté partiellement inachevé.

Avant sa mort il écrit dans une lettre au Ministre des Beaux Arts: « Quand je serai mort, il faudra qu’on dise de moi: celui-là n’a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime si ce n’est le régime de la liberté. »

BUSTE EN MARBRE DE GUSTAVE COURBET (1877)

10 Responses to “L’ORAGE”


  1. 1 revelise septembre 18, 2008 à 3:02

    Une superbe citation, j’aime moins ce peintre, mais il y en a tellement que forcément nous avons nos préférences. Mais ton article était très intéressant à lire. Bisous

  2. 2 Eva septembre 18, 2008 à 3:05

    Merci Revelise,
    bisous à toi.

  3. 3 Laura septembre 18, 2008 à 3:30

    Hello Eva,
    this painting of the cloudy sky and the boats on shore is painted very well.
    I love the new flower heading photo. It’s nice.
    I hope all is going well with you on this Thursday afternoon.
    Have a great day,
    Laura

  4. 4 Eva septembre 18, 2008 à 5:35

    Bonsoir Laura,
    tout va bien ici, j’espère que pour toi aussi. Je te souhaite une douce nuit.

  5. 5 Laura septembre 18, 2008 à 9:29

    Thank you Eva, I’m also wishing you a good evening,
    Laura

  6. 6 Eva septembre 18, 2008 à 11:59

    Merci Laura,
    dors bien et fais de beaux rêves.🙂

  7. 7 Alain septembre 19, 2008 à 4:27

    Bonjour Eva
    Le texte de L.Aragon cadre très bien avec ce joli tableau; pas mal aussi l’auto-portrait !
    Bises et on vendredi
    Alain

  8. 8 Eva septembre 19, 2008 à 4:53

    Bonjour Alain,
    Courbet a des yeux profond.
    Bises de vendredi.

  9. 9 binicaise septembre 19, 2008 à 10:08

    “Quand je serai mort, il faudra qu’on dise de moi: celui-là n’a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime si ce n’est le régime de la liberté.”
    Cette phrase me plait beaucoup surtout la fin « le régime de la liberté….. »
    J’aime encore plus Courbet .Merci Eva.
    Bonne journée bises Jacqueline

  10. 10 Eva septembre 19, 2008 à 10:23

    Bonjour Jacqueline,
    moi aussi, j’aime le « régime de la liberté ».
    Bises de vendredi à toi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s





%d blogueurs aiment cette page :