Archive pour septembre 2008

LE CAPTEUR DE RÊVES

L’aube blanche dit à mon rêve:

Éveille-toi, le soleil luit.

Mon âme écoute, et je soulève

Un peu mes paupières vers lui.

Charles van Lerberghe (1861 – 1907)

LE CAPTEUR DE RÊVES

Dans la culture amérindienne, le capteur de rêves est censé empêcher les mauvais rêves d’envahir le sommeil. Il conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises aux premières lueurs du jour. Le capteur de rêves est utilisé pour aider à contrôler les rêves, dans la mesure où l’on peut contrôler ses pensées et sa vie.

PHÉNIX

Ses purs angles très-haut dédiant leur onyx,

L’Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,

Maint rêve vespéral brûlé par le Phénix

Que ne recueille pas de cinéraire amphore.

Stephane Mallarmé ( 1842 – 1898 )

KATSUSHIKA HOKUSAI ( 1760 – 1849 ): PHÉNIX

Le phénix est un oiseau fabuleux, doué de longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s’être consumé sous l’effet de sa propre chaleur. Il symbolise ainsi les cycles de mort et de résurrection.

L’ASTÉROIDE VESTA

Vesta est un astéroide de la ceinture d’astéroides. Il fut découvert en 1807 et porte le nom de la déesse romaine Vesta. C’est l’astéroide le plus brillant, suffisament pour être discernible à l’oeil nu à certains moments. La forme de Vesta est proche de celle d’un ellipsoide oblong en équilibre gravitationnel, mesurant 580 km dans sa plus grande longueur et 460 km dans sa plus petite.

DIAGRAMME DES ALTITUDES DE VESTA

(TÉLESCOPE SPACIAL HUBBLE – MAI 1996)

HÉSTIA – VESTA

Dans la mythologie grecque, Héstia est la divinité du feu sacré et du foyer. Elle correspond à la divinité romaine Vesta.

Les Grecs commencait et finissaient tous leurs sacrifices en honorant Héstia, et l’invoquaient la première, avant tous les autres dieux. Son culte consistait principalement à entretenir le feu qui lui était consacré et à prendre garde qu’il ne s’étaignît.

À Rome, on fit bâtir à Vesta un temple de forme ronde, à l’image de la terre ronde. C’est au milieu de ce temple que l’on entretenait le feu sacré. Il était regardé reflet du feu central de la Terre.

Héstia/Vesta est la déesse protectrice du foyer domestique, des familles, et de la sérénité.

FRANCISCO DE GOYA: SACRIFICE À HÉSTIA / VESTA (1771)

LA LUNE NOIRE EN SEPTEMBRE

En astronomie, la lune noire désigne l’absence de la pleine lune dans un mois calendaire ou la deuxième nouvelle lune d’un même mois.

PHOTO: LA LUNE NOIRE (wikipédia)

En astrologie, la lune noire est en rapport avec l’inconscient, le passé et la sensibilité. Par archaique on sous-entend les existences passées, les incarnations précédentes.

La lune noire est aussi appelée LILITH, déesse de l’ombre. Le mythe de LILITH date d’au moins 4.000 ans. LILITH est un démon femelle sumérien, puis babylonien, Lilitû. Le nom même répresenterait les ténèbres, l’obscurité: « Je suis noire, mais je suis belle ».

DANTE GABRIEL ROSSETTI (1850 – 1934): LADY LILITH

Dans la Bible, LILITH était la première femme et compagne d’Adam. Elle était aussi « Celle qui savait » à cause de sa grande intelligence.

JOHN COLLIER (1850 – 1934): LILITH

L’Angélus, dans le couchant roux,

Comme un parfum s’efface.

Lilith, en détournant sa face,

A tiré les verroux.

PAUL-JEAN TOULET (1867 – 1920)

L’UNIVERS, C’EST UN LIVRE

« L’univers, c’est un livre, et des yeux qui le lisent. »

Victor Hugo (1802 – 1885)

VINCENT VAN GOGH (1853 – 1890)

BLANDINE LE CALLET: LA PIÈCE MONTÉE

Éditions Stock, 2006

Connaissez-vous « Une pièce montée » de Blandine Le Callet? Je suis tombée sous le charme de cette romancière, de sa plume, acérée, de ses personnages, si humains.

Elle choisit de nous raconter un mariage. Bérengère et Vincent se marient, pour le meilleur et pour le pire. Bérengère aimerait que tout soit parfait, Vincent au contraire s’en fout un peu de la cérémonie, certains invités aussi d’ailleurs. Famille, invités, enfant, vieille femme, mariés, prêtre même, tous prennent la parole le temps d’un chapitre, le temps de traverser une intimité.

Blandine le Callet convoque les personnages autour de la pièce montée, « cette pyramide grotesque », sensée symboliser « la prétention de ceux qui s’imaginent que l’amour va durer toujours. » Le ton est sérieux, le miroir, ressemblant. Blandine Le Callet, d’une écriture efficace, nous donne à voir de bien jolies individualités.

BLANDINE LE CALLET (née en 1969 à Paris)

LES FRUITS DE LA POÉSIE III

grabar1.jpg

IGOR GRABAR (1871 – 1960): POIRES ET POMMES

Si le poème est un fruit,

le poète n’est pas un arbre.

Il vous demande de prendre

ses paroles et de les

manger sur-le-champ.

René Daumal (1908 – 1944)