Archives de 31 août 2008

LA BEAUTÉ

La beauté est une énigme.

Fedor Dostoievski (1821 – 1881)

HENRYK SIEMIRADZKI: L’AMOUR ET LA BEAUTÉ (1894)

FEDOR DOSTOIEVSKI (1821-1881), né à Moscou et décédé à Saint-Pétersbourg, est un des plus grands romanciers russes. Il a influencé de nombreux écrivains et philosophes.

Son père, médecin militaire à l’hôpital des pauvres de Moscou, possède deux villages, acquis en 1831. En 1839, il est assassiné par des serfs, après qu’il les eut maltraités.

En 1838, Fedor Dostoievski entre à l’École des Ingénieurs militaires de Saint-Pétersbourg. Dès 1844, il se consacre à son premier roman, « Les Pauvres Gens », publié en 1846. En 1847, il a sa première crise d’épilepsie, à 26 ans. Il épouse Maria Isaeva en 1862. Sa femme meurt en 1864. En 1867, il épouse Anna Snitkine.

À partir de 1866, Dostoievski publie ses oeuvres les plus abouties: les romans « Le Joueur », « L’Adolescent », « Crime et Châtiment », « L’Idiot », « Les Démons ». Son oeuvre romanesque s’achève par « Les frères Karamasov », qu’il publie à l’âge de 60 ans. En 1881, il succombe à une hémorragie et est enterré à Saint-Pétersbourg au cimetière du monastère Alexandre Nevski.

TOMBE DE FEDOR DOSTOIEVSI À SAINT-PÉTERSBOURG

Une des caractéristiques les plus frappantes des romans dostoievskiens et l’outrance des personnages et des situations. On rencentre ainsi des débauchés nihilistes, des femmes fatales, des mères prostituant leurs enfants, des alcooliques invétérés, de nombreux personnages à la limite de la folie: mégalomanie, délire de persécution, sadisme. On rencontre aussi des « saints » incarnant l’idéal chrétien. Les meurtres, les ruines soudaines, les mariages annulés, les maladies mortelles, les suicides se succèdent, parfois à la limite de la vraisemblance.

Il faut noter la place inhabituelle qu’occupent les thèmes philosophiques, religieux et politiques. Politiquement, l’écrivain est un fervant « libéral » pour son pays et surtout un nationaliste convaincu. Il aime le peuple Russe avec passion et hait pronfondément les usuriers qui seignent le bon peuple.

Enfin, on soulignera la proximité de la pensée de Fedor Dostoievski de l’existentialisme, à tel point qu’on a pu le compter parmi les fondateurs de cette philosophie.

FEDOR DOSTOIEVSKI (1872)

PORTRAIT PAR VASSILI PEROV