Archive pour 28 août 2008

UN FEU

Ah! mille flammes, un feu, la lumière,

Une ombre!

Le soleil me suit.

Paul Éluard (1895 – 1952)

JOSEPH WILIAM TURNER (1775 – 1851): UN FEU

JOSEPH WILLIAM TURNER (1775 – 1851), né à Londres et décédé à Chelsea, est un peintre anglais, nommée le « peintre de la lumière ». Il est un précurseur de l’impressionisme, avec son contemporain John Constable.

Son père est un barbier et fabricant de perruque à Londres. Sa mère perd progressivement la raison, elle meurt dans un asile en 1804. Le jeune Turner est envoyé chez un oncle dans un petit village sur les rives de la Tamise en 1785. C’est là que son intérêt pour la peinture s’éveille. En 1786, il se rend à l’école à Margate/Kent et commence à produir des dessins que son père expose à la vitrine de son commerce.

JOSEPH WILLIAM TURNER: AUTOPORTRAIT (1799)

Turner a 14 ans lorsqu’il entre à l’Académie royale des beaux-arts de Londres. À partir de 1796, il exposera chaque année à l’Académie royale, jusqu’à la fin de sa vie. Ses sujets sont les paysages et les marines. Son talent lui apporte reconnaissance et lui permet de posséder sa propre galérie à partir de 1804. En 1845, il obtient un poste de professeur à l’Académie royale. Il voyage en Angleterre, Écosse, France, Suisse, Italie et aux Pays-Bas.

Turner ne se mariera pas, mais il aura deux filles avec Sarah Danby, puis aura pour compagne la veuve Sophia Caroline Booth, avec laquelle il vivra à partir de 1833. Avec l’âge, il devient de plus en plus excentrique et taciturne. En 1846, il se retire de la vie publique, vivant sous le pseudonyme de Mr Booth. Il expose une dernière fois à l’Académie royale en 1850. Il meurt en 1851 dans la maison de sa compagne. À sa demande, il est enterré à la Cathédrale Saint-Paul de Londres où il repose à côté du peintre Joshua Reynolds.

JOSEPH WILLIAM TURNER DANS SON ATÉLIER